siecle_logo
Artisanat contemporain fait main en France
Connexion | Inscription
Parrainage

RECHERCHE :
Vous êtes ici: Accueil > Qui sommes nous

Qui sommes nous




découpage
Protégée au dos par des vernis polyuréthanes, le fixé sous verre ou poticomania est une technique de décor qui résiste parfaitement à l'usage culinaire puisque le décor est posé au dos du support de verre, mais qui ne supporte cependant pas le lave vaisselle. Cette technique consiste à appliquer des motifs de papier, découpés plus ou moins finement avec ciseaux ou cutter, au dos de différents supports de verre pour les voir en transparence. A partir de gravures ou aquarelles anciennes ou contemporaines, l'artiste compose à l'envers ses décors en y mêlant par association ses créations personnelles et son sens des couleurs. Très ancienne (la reine Marie Antoinette était très "fan"), cette technique appelée fixé sous verre ou poticomania, a connu une nouvelle heure de gloire au XIXème siècle, spécialement dans l'Angleterre victorienne, puis dans l'Amérique des années 50 sous l'influence de l'artiste américain Manning, alors coqueluche de la haute société de l'époque. Dans le domaine des arts décoratifs liés à la table, Marisa Osorio Farinha, créatrice de nos collections, a développé de nombreux décors depuis 2002, véritable découpage sur mesure éblouissant et virtuose. Non seulement l'artiste travaille à l'envers, mais l'aspect technique est particulièrement ardu pour certains modèles, avec l'importance des qualités requises pour le découpage ainsi que le collage des papiers et leur nettoyage à l'eau chaude. Attention, il faut pas confondre cette technique du véritable découpage avec celle du transfert qui, comme sous nom l'indique, se contente de transférer un decor intégral sans découpage. Facile à vérifier en passant le bout du doigt le long du décor, au dos de la pièce!Après le séchage, les papiers sont protégés par des feuilles métalliques dorées ou argentées, avant de recevoir au dos laque de couleurs et vernis protecteurs. Ainsi assiettes et plats restent particulièrement résistants sous leur carapace de verre et leur vernis protecteurs passés au dos des pièces. Pas de lave vaisselle, SVP, mais aucun problème à l'usage alimentaire puisque le décor est posé sur le dos de l'assiette. Dans sa recherche permanente de techniques ou d'adaptation de techniques, Marisa Osorio-Farinha a développé le découpage de papier comme motif de bijoux. Imprimé recto verso, le motif de papier (oiseaux, fleurs, insectes, etc.) est entièrement découpé à la main puis gainé de plastique et vernis, parfaitement protecteurs, devenant ainsi une décoration en elle même, très résistante et particulièrement légère, que Marisa souligne souvent avec raffinement ou humour par des perles d'eau douce, pierres fines, métal.

chromo
Inspirée par ses propres créations de papiers découpés appliqués sous verre ou sur bois, Marisa Osorio-Farinha a développé pour SIECLE Paris une technique de reproduction de ses décors, dans l'esprit de la chromolithographie d'autrefois mais modernisé par les acquis de la chimie moderne, d'ou le nom de "chromos" donné à l'application de cette technique. Année après année, apparait ainsi toute une collection de sets de table carrés ou rectangle, autant de plateaux d'appoint ou petits tableaux décoratifs d'esprit très varié. L'original est toujours crée par elle même en véritable découpage et est ensuite reproduit par transfert papier sur des carrés ou rectangle de bois lamellé collé, soigneusement préparés et très résistant à l'usage. La fabrication est assurée en interne par l'atelier de Bougligny depuis 1998 déjà, et permet évidement gain de temps et meilleur prix. L'entretien est simple, les sets ou tableaux sont à nettoyer avec un rapide coup d'éponge, et à stocker de préférence à plat dans un lieu sec, loin d'une lumière trop directe pour éviter à la longue un éventuel jaunissement des vernis tableaux utilisés. Nous recevons régulièrement rue du Bac des clients toujours satisfait après de longues années d'utilisation. Les objets sont accompagnées d'une explication technique de la fabrication et sa notice d'entretien, signée par l'artiste.

Thiers
Thiers est, depuis plusieurs siècles, le plus grand centre français de production coutelière. L’origine de sa spécialisation remonte au Moyen-Âge : selon une légende, les croisés auvergnats, lors de la première croisade, auraient rapporté d’Orient le secret de la fabrication ; en fait la métallurgie thiernoise remonte au 14ème siècle. Le développement de la coutellerie permet à la ville d’exporter ses produits, dès le 16ème siècle, en Espagne, aux Pays-Bas et en Lombardie. Des lames de toutes sortes sont repassées sur les meules actionnées par l’énergie hydraulique de la rivière Durolle.  Mais le travail du coutelier s’est modernisé et l’on ne voit plus aujourd’hui, comme le représentait une image populaire, l’émouleur allongé à plat ventre au-dessus de sa meule, son chien couché sur les jambes pour lui tenir chaud. Les progrès de la technique et l’électricité ont donné naissance à de puissantes usines. Cependant, Thiers possède encore près de 300 fabricants ou artisans, parmis eux, SIECLE travaille depuis toujours avec Claude GAUTIER, un merveilleux artisan parfaitement representatif des anciennes générations.

Epinal
L’image d’Épinal prend ses sources dans l’imagerie populaire et religieuse, mais elle est inventée à la fin du 19ème siècle, dans la ville éponyme, par Jean-Charles Pellerin (1756-1836). Fabriqué au début à partir de pochoir sculpté dans les bois, l’invention de la lithographie autour de 1840, permet de réduire les coûts et de multiplier les modèles de planches, maintenant de costumes, d’inventaires ou de métiers. La fabrique Pellerin, reprise de père en fils, est en plein essor commercial et commence à surveiller la concurrence. Lors de la seconde partie du 19ème siècle, une image d’Épinal est tirée en moyenne à 400 000 exemplaires. Et La collection de motifs se développe toujours pour alimenter les rêves populaires, entre monuments de Paris et visite autour du globe, et bientôt les planches didactiques se transforment en maquettes, avec tous les éléments à découper et à monter, pour transformer le rêve en trois dimensions. Au cours du 20ème siècle, la publicité aide au renouvellement de l’image d’Épinal, et les marques de cirage, céréales et autres investissent les planches, tel de véritables sponsors. La production active d’images d’Épinal s’achève en 1934, laissant toute la place aux  journaux illustrés (déjà nombreux depuis le début du siècle) pour continuer à propager l’imagerie populaire.

broderie
Broderie Peinture à l'Aiguille : mise à la mode en Italie et en France au 18ème siècle, cette technique trouve ses origines dans les étoffes de la Chine impériale ramenées par les grands navigateurs à la fin du Moyen Age. La richesse des effets décoratifs que l'on peut obtenir, la finesse et le réalisme dans le rendu des sujets traités, permirent aux artisans de l'époque de réaliser les pièces les plus précieuses. C'est cette technique du bel ouvrage entièrement fait main que Siècle a su faire revivre, en brodant toujours sur des toiles 100% pur lin d'origine francaise ou belge, respect du travail oblige; l'aiguille est en quelque sorte utilisé comme un pinceau, et le fil de couleur comme peinture, d'où le nom donnée à cette technique.

Richelieu
Broderie "Richelieu". Cette technique est apparue au 17ème siècle, et s'inspire en fait des dentelles de Venise: le contour du dessin est d'abord brodé à la main au point de "feston" et ensuite les fonds de l'étoffe que l'on veut ajourer sont découpés minutieusement avec une paire de ciseau, à la main, aussi près que possible des points de broderie, sans bien sûr les couper. C'est un ouvrage de grande qualité et de précision, effectué par Siècle toujours sur des toiles pur lin d'origine française ou belge, respect du travail oblige. Notice d'entretien du linge : lavage en machine sans problème, le blanc peut être bouilli à 90°C alors que les couleurs ne doivent pas être lavées à plus de 60°C. N'utiliser ni chlore, ni produits contenant des blanchissants ou des éclaircissants optiques, meurtriers... Le secret est d'enlever les taches en frottant au Savon de Marseille, avant le lavage. Un séchage naturel est recommandé, et le mieux est de repasser encore humide, la nappe posée à l'envers sur un tissus éponge pour ne pas écraser les broderies. N'hésitez pas à nous appeler en cas de problème, de préférence avant plutôt qu'après...

métal estampé, fonte à la cire perdue & fonte au sable
La fabrication des couverts de SIECLE fait appel à plusieurs techniques. Les couverts peuvent être estampé ou fondus, avant d'être argenté. Le principe de l'estampage repose sur l'écrasement d'une pièce métallique massive dans une coquille ou matrice ou moule, décoré en creux du dessin à reproduire. Très tôt, SIECLE a choisi de créer et utiliser sa propre tête de couvert, son propre outillage, choisissant d'exercer sa créativité sur la virole et sur le manche. C'est le même haut de couvert qui équipe ainsi le couvert "Fidélio" au manche de cristal, ou le couvert "Neptune" à la riche "garniture" argentée. La seconde singularité de SIECLE repose sur le travail de création des viroles, cette petite bague destinée à l'origine à empêcher le bois des manches de fendre. Ces viroles, créations originales, sont le plus souvent fabriquées avec la technique de la fonte à la cire perdue, technique héritée de l'Antiquité, développée à la Renaissance et aux siècles derniers. L'original est moulé dans une coque de résine, édité en cire puis enfoui dans une gangue de plâtre où le métal en fusion est versé pour prendre la place de la cire. Lorsqu'à la virole s'ajoute un culot à la base du manche, on appelle l'ensemble de ces 2 pièces métalliques protectrices, une "garniture". Pour être complet, il faut signaler que SIECLE utilise aussi parfois d'anciens modèles de viroles, estampés de 2 coquilles soudées entre elles, et provenant de la ville de Thiers, capitale de la coutellerie en France depuis plusieurs siècles. Enfin, trois des modèles de couverts de SIECLE, le "1927", le "Vague" et le "Profil", ne peuvent pas bénéficier de l'estampage, à cause de leur forme à contre dépouille, et il a fallu retrouver pour leur fabrication les techniques de la fonte au sable: les pièces sont coulées dans un gangue sableuse, avant d'être soigneusement polies et argentées. C'est pour cette raison qu'il peut y avoir sur ces pièces des micro-porosités.

imprimé main
Nos impressions sur lin se font au tampon : autrefois certains pochoirs étaient sculptés dans le bois, maintenant dans un silicone inusable. Une fois le motif reproduit sur un carré de silicone, Marisa en sculpte en bas relief tous les traits, avec des outils spécifiques. Ensuite chaque pochoir est recouvert d'encres non toxiques et écologique, avant d'être imprimé sur la serviette en lin. Dans la tradition du 17ème et 18ème, toutes nos impressions sont effectuées rigoureusement manuellement, sur un lin pur fil brodé à la main, et peuvent donc varier légèrement d’une pièce à l’autre. En accord avec la qualité du lin, nous choisissons une qualité de finition en "fil tiré", c'est-à-dire que les bordures des sets et serviettes de table, serviette cocktail ou invité, mais aussi des chemins de table et nappes, sont toutes encadrées d’une marge ajourée main, dite ajoure double. Entretien : lavage en machine à 60° sans aucun problème, il est préférable d’utiliser une lessive douce. Proscrire tout agent blanchissant du type blanc optique ou chlore. Inutile de faire tremper notre linge avant le premier lavage, c'est déjà fait. Un séchage naturel ou à température modérée simplifie le repassage, idéal sur linge un peu humide, à l'envers et avec un bon fer à vapeur. Stocker à plat et de préférence à l'abri de la lumière vive pour mieux protéger les couleurs.

fonte blanche
La fonderie est l'un des procédés de formage des métaux qui consiste à couler un métal ou un alliage liquide dans un moule pour reproduire, après refroidissement, une pièce donnée, en limitant autant que possible les travaux ultérieurs de finition. Les techniques employées dépendent de l’alliage fondu, des dimensions, des caractéristiques et des quantités de pièces à produire. Pour la reproduction de ses créations originales, SIECLE Paris pratique depuis de nombreuses années le procédé de la fonte blanche, ou fonte de basse fusion. La maquette ou l'original à reproduire, est sur-moulé dans de la résine élastomère très fine pour créer un moule fidèle, résistant aux hautes températures et suffisamment souple pour faciliter le démoulage des contre dépouilles à cru des pièces de fonderie. Coté métal, et pour améliorer encore la qualité des détails reproduits et garder la plus haute définition possible à ses éditions, SIECLE Paris utilise des alliages de métaux basse fusion incluant notamment du cuivre, de l'antimoine et de l'étain. L'objet obtenu est ensuite ébarbé, repris à la main et poli avant d'être argenté ou doré. Toutes les fontes sont effectuées en Ile de France.

email
Toujours à l'affut de nouvelles techniques, Siècle développe depuis 2011 l'émaillage du verre. Cette technique tellement à la mode au début du siècle dernier avec Gallé et Lalique ou encore l'Ecole de Nancy autour du courant de l'Art Nouveau, prend avec Marisa un look très pop art, aux couleurs vivre. L'émail véritable est peint à la main sur le verre bullé typique de Biot (France), ou bien sur des bases en cristallin (demi cristal avec moins de 24% de plomb). L'émail est ensuite cuit, ce qui rend le décor parfaitement résistant au lave vaisselle. Les verres étant également fait sur commande, on peut parfaitement demander un décor, thème ou accord de couleurs sur mesure, délais environ 2-3 semaines.

Journal
Le journal de bébé est crée en 1929 aux éditions Thevenin r. & collectif. C’est un périodique d’environ 16 pages en noir et blanc et couleur, de maquettes à construire, jeux, chansons, devinettes et BD. Le journal est diffusé jusqu’en 1948, avec un total de à 554 numéros, suivant l’esthétique au court deux décennies. La grande époque de ce journal reste les années d’avant guerre, entre 1929 et 1939.

PANIER


Total : 0 €

sites partenaires    informations légales    conditions générales de vente    service client    

CB, Visa, Paypal, Amex, Mastercard
© Copyright siecle-paris.com
Réalisé par EcomiZ